top of page
Rechercher
  • visio-crop

Prévisions et conséquences d'El Nino 2024


El Nino et La Nina ont d’importantes incidences climatiques sur le Sud du Pacifique, mais pas seulement. En effet, en impactant les courants marins et la pression atmosphérique de cette zone, ces deux phénomènes vont avoir des conséquences sur le climat global terrestre.


El Nino : Impacts Directs

Lors de l’apparition du phénomène El Nino, le décalage des eaux chaudes vers l’est du pacifique va induire le déplacement des précipitations dans cette même région. Les régions de l’Australie, de l’Indonésie et des Philippines voient leurs précipitations habituelles diminuer drastiquement ce qui provoque des épisodes de sécheresse intenses. Avec le risque d’engendrer et prolonger des feux de forêts et pour l’agriculture australienne une diminution de la production de céréales (blé et colza). Inversement, pour les régions du Pérou, du Chili, de l’Argentine et du sud du Brésil, les eaux chaudes vont apporter des précipitations importantes. Le climat est donc plus favorable pour l’agriculture en général, mais il peut y avoir un risque de dégrader la qualité des récoltes. En revanche, les eaux plus chaudes vont diminuer la venue du poisson sur les côtes et impacter tout le secteur de la pêche


El Nino : Impacts Mondiaux

Selon la force du phénomène, les conséquences sur le climat mondial vont être différentes. Plus la température de l’Océan Pacifique est au-dessus des normales plus il y aura d’impacts. Tous les épisodes ne se ressemblent pas, mais on observe en général une augmentation des températures globales. Les régions les plus impactées sont les suivantes :

  • Chine, Inde : Les températures seront plus élevées et les précipitations plus faibles que la normale. Le potentiel agricole diminue.

  • Indonésie : La pluviométrie est plus faible ce qui engendre une forte baisse de la production d’huile de palmes, ayant des répercussions sur les cours de complexe oléagineux.

  • Amérique centrale et Sud : Du sud du Mexique jusqu’au Centre du Brésil, un climat chaud et sec va s’installer, diminuant les rendements de la canne à sucre, soja, café et orange. Sur le Sud du Brésil, les excès de pluies peuvent notamment retarder les semis et gêner les récoltes de blé.

  • USA : Globalement, le climat américain sera plus frais. Cependant, les états du sud (de la Californie à la Floride) seront plus arrosés pendant que les états du Nord Est (du Tennessee au Canada) seront plus secs.

  • Europe : Pour l’Europe et la France, les effets seront moins certains. Toutefois, on observe un climat globalement plus chaud et humide surtout sur le pourtour méditerranéen. Le phénomène est donc plutôt favorable à l’agriculture européenne.

  • Russie : Pour la Russie, la pluviométrie semble plus faible , et les rendements des blés sont moins élevés par rapport à la normale.


La Nina : Impacts Directs

Comme vu précédemment, pendant un épisode de la Nina, les eaux chaudes sont poussées davantage vers l’Australie et l’Indonésie, refroidissant le reste du Pacifique. Le climat de l’Asie du Sud-Est devient plus chaud et humide et en contrepartie l’Amérique du Sud voit ses températures et ses précipitations diminuer. L’agriculture céréalière Australienne est donc avantagée par ce phénomène, pendant que le Brésil et l’Argentine voient généralement leurs productions de céréales et de soja baisser. Contrairement à El Nino, la Nina est favorable à la pêche de l’Amérique du Sud, en remontant les eaux froides près des côtes.


La Nina : Impacts Mondiaux

Même si la Nina est le phénomène opposé à El Nino et que les conséquences sur l’Ouest du Pacifique sont contraires, les impacts sur le reste du monde ne répondent pas forcément à la même logique. Globalement, les températures mondiales sont plus faibles et les impacts sont souvent moins intenses que ceux d’El Nino. Avec le refroidissement du Pacifique, le nombre de cyclones dans cette région est souvent plus faible, néanmoins, dans l’Atlantique, c’est l’inverse. Les répercussions sur le reste du monde, sont les suivantes :


  • Inde / Afrique du Sud : Comme pour l’Amérique du Sud, les températures baissent et les précipitations augmentent. Les cycles de production sont donc plus longs et plus arrosé, ce qui induit une hausse des potentiels.

  • USA : De la Californie à la Floride, les températures sont plus élevées et les pluviométries plus faibles, impactant défavorablement les cultures.

  • Europe : Comme pour El Nino, en Europe et en France, les effets sont moins certains, on observe globalement une sécheresse sur l’Espagne et sur le sud de la France.


Les prévisions 2023-24


Les années 2020-21-22 ont été marquée par un épisode relativement fort de La Nina. Selon les relevés et les prévisions, les eaux du Pacifique sont maintenant en train de se réchauffer, c’est donc à El Nino de faire son retour depuis juillet-aout 2023 D’après les prévisions, le pic de température serait atteint en fin d’année avec une hausse maximale de 2°C par rapport aux normales, soit un épisode d’intensité modérée. Néanmoins le pacifique sud restera en conditions d’El Nino jusqu’en avril-mai, pour revenir à la normale vers juin-juillet Les conséquences sur le climat se feront ressentir sur 2024. Nous pouvons nous attendre à une augmentation mondiale des températures pour la campagne prochaine. Selon les prévisions, les répercussions sur chaque région seront les suivantes dans les mois à venir :

  • USA : les températures seront plus chaudes que d’habitude sur la globalité du territoire, mais les précipitations devraient être supérieure aux normales, les rendements blés sont donc attendus en hausse.

  • Amérique Sud : comme pour les USA, les températures devraient être supérieures à la normale pour le nord de cette région (au Sud, des températures inférieures aux normales). Les précipitations devraient diminuer à l’Est et augmenter à l’Est. Les productions de soja et maïs du Brésil devraient être impactées négativement tandis qu’en Argentine les rendements devraient remonter par rapport à la dernière récolte.

  • Europe l’Europe n’échappera pas aux incidences d’El Nino. Durant l’hiver, toute l’Europe devrait voir ses températures et ses précipitations être supérieures aux normales sauf pour l’Espagne, le Portugal et l’Italie.

  • Afrique du Sud : Les pluies devraient être inférieures aux normales impactant probablement la production de maïs à la baisse.

  • Indonésie :La baisse de la pluviométrie devrait impacter la production d’huile de palme et de riz.

  • Australie : Ce pays a vu sa température augmenter, et ses précipitations être inférieures aux normales, ce qui a eu comme effet, une baisse des rendements pour la récolte qui est en cours.

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page