Rechercher
  • visio-crop

Blé : Le remplissage du grain, quel impact sur le rendement ?

Les blés sont en phase de moitié de remplissage sur la moitié Nord de la France et entrent en phase de fin de remplissage sur la Sud. Cette période est très sensible aux effets liés à la météo, entre autre, les températures maximales.


La première partie du remplissage, entre la floraison et le stade laiteux, reste une étape clef, qui sera très dépendante des températures puisque c’est pendant cette période que les enveloppes des grains vont se former. Et, en cas de stress hydrique ou thermique, le PMG (Poids de Mille Grains) sera faible.


Pour quantifier le stress au court de cette phase, on mesure les cumuls de température supérieure à 25° C, seuil de température à partir de duquel, le blé commence à stopper sa photosynthèse et donc sa production de matière sèche.


Après le stade laiteux, les températures élevées sont moins pénalisante qu’en première phase (floraison- laiteux) et sont favorables au transfert de protéine.


Le graphique, ci-dessous, présente les cumuls de températures par grandes régions depuis 2007.


Pour cette année, il apparait que les cumuls ont été particulièrement important sur le Sud de la France, ils sont au même niveau que 2017, qui était une année record. On peut donc s’attendre à avoir des PMG particulièrement faible, et beaucoup de petits grains.

Les autres régions sont, à ce jour, moins pénalisées, mais la vague de chaleur de la fin de semaine pourrait bien changé la donne.


Sur le graphique apparait aussi la tendance depuis 2007 pour le Nord (ligne bleu) et pour le Sud (ligne rose). Elle montre l’évolution du climat au cour des 16 dernières années, à savoir que sur le Sud, le climat est de plus en plus chaud avec des conséquences sur le potentiel de rendement, alors que sur la moitié Nord, le climat est plus stable.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout